Supposé « deal » entre le régime sortant et le DG du SIRN : Saliou Samb dément Guy Marius Sagna et apporte des éclairages

manager
manager mars 29, 2024
Updated 2024/03/29 at 6:15 AM

Le député Guy Marius Sagna a évoqué un supposé « deal » entre le gouvernement sortant et le directeur général de la Société des Infrastructures de Réparation navale
(SIRN), Saliou Samb. La réponse de ce
dernier ne s’est fait pas attendre : « Suite
à la diffusion dans les réseaux sociaux
et divers canaux de communication,
d’articles concernant de supposées
irrégularités dans la procédure de sélection d’un opérateur pour la concession des chantiers navals, la Société des Infrastructures de Réparation navale (SIRN) tient à informer le public que les incriminations véhiculées sont dénuées de fondement et ne correspondent pas à la réalité », a-t-il laissé entendre
.

Pour mémoire, précise Saliou Samb, la concession de l’exploitation des chantiers navals a été confiée à l’entreprise DAKARNAVE depuis 1999 pour une durée de 25 ans, à travers une convention dont les clauses sont loin de prendre en compte les intérêts de l’État du Sénégal. « Nous ne nous appesantirons sur les difficultés
rencontrées par la SIRN dans l’exécution de ce contrat dont les clauses, à la limite léonines, ont toujours fait obstacle à l’exercice de toute prérogative découlant de la qualité d’autorité contractante de la SIRN.

Tirant les leçons de l’expérience non concluante de la concession en cours 

l’État a renforcé s position dans le capital de la société de projet en détenant 40% des actions en lieu et place de 0% dans le capital de DAKARNAVE. Par ailleurs, pour des raisons liées à la sensibilité de l’activité liée à la défense nationale, il n’est pas possible de livrer certains détails du contenu du contrat. Nous estimons que ces clarifications contribueront au rétablissement de la vérité sur la procédure de sélection que nous avons basée sur le respect scrupuleux des principes de transparence et d’équité. Nous appelons tous les acteurs à la raison et à plus de retenue. En tout état de cause, le caractère scientifique de l’approche adoptée au cours de ce processus de sélection ne saurait souffrir de contestation objective », s’est justifié le directeur général de la Société des Infrastructures de Réparation navale (SIRN).

Share this Article
Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrench
%d blogueurs aiment cette page :